Culture et fabrication du Matcha IRO

Ombrage et récolte

Trois à quatre semaines avant la récolte, les plantations de thé sont recouvertes d’un voile pour ne laisser passer que 10% de la lumière du soleil. La plante va ainsi vouloir compenser le manque de soleil, et les feuilles vont accumuler de la chlorophylle et des acides aminés, leur conférant un goût inimitable, tout en moelleux et en finesse. En un sens, la plante va aller chercher le meilleur d’elle-même et le donner à ses feuilles.

Pour le Matcha japonais de qualité supérieure, les plus belles jeunes feuilles de thé sont récoltées avec grand soin au printemps. Sans attendre, elles sont ensuite étuvées sur de la vapeur d’eau pour stopper l’oxydation, garder les feuilles bien vertes et en conserver toutes les substances bienfaisantes. Puis elles sont délicatement séchées en plusieurs étapes pour en extraire tous les arômes.

Tencha et réduction en poudre

On garde ensuite uniquement le meilleur de la chair de la feuille en ôtant les tiges, les brindilles et même les nervures. Ce qu’il reste des feuilles est trié en fonction de la couleur, de la saveur et de l’arôme pour créer différentes qualité de Tencha, la matière première du Matcha.

Enfin, la dernière étape consiste à réduire lentement les feuilles de Tencha en une poudre extrêmement fine à l’aide de meules en granit. Ce processus traditionnel, qui ne permet de produire que 30 à 40gr de précieuse poudre de Matcha par heure, préserve la couleur, la saveur, et tous les composants nutritionnels d’un Matcha de qualité supérieure.