Histoire du Matcha

Ce thé exceptionnel, notamment pour ses effets bénéfiques sur la santé, est un produit de la culture japonaise issu d’une histoire millénaire imprégnée de l’esprit zen. Le Matcha est en effet consommé depuis plus de 800 ans par les moines bouddhistes zen.

C’est un moine, le religieux japonais Eichû (743-816), qui ramène en premier le thé au Japon, alors sous forme de briques, après de longues études en Chine. À cette époque, seule l’élite et l’empereur consomment cette denrée rare et chère.

En 1191, le moine bouddhiste Eisai (1141-1215) rapporte de Chine une nouvelle manière de consommer le thé qui correspond à l’actuel Matcha : le thé vert réduit en poudre est battu avec de l’eau chaude dans un récipient. Tandis que ce mode de préparation se répandait avec succès au Japon, il fut abandonné assez rapidement en Chine.

À l’époque d’Eisai, le thé est surtout consommé en tant que médicament. Le Matcha est aussi utilisé comme stimulant par les moines bouddhistes zen pour rester éveillés et concentrés pendant de longues heures lors de leurs séances de méditation.

Au 16ème siècle, le moine zen Sen no Rikyū va jeter les bases de la cérémonie du thé japonaise, le « Cha No Yu » dont le Matcha fait partie intégrante.

C’est en 1835 qu’a été inventé le Tencha, thé d’ombre issu d’un nouveau procédé de culture du thé vert japonais, et qu’on a arrêté de fabriquer le Matcha à partir de thé vert courant. C’est ce Tencha ou « thé d’ombre », qui développe les saveurs si particulières du Matcha : douces, riches, et raffinées.

Zoom-poudre-Matcha-IRO-Premium-Ceremonial-Grade-2